54377112_2344493952437569_8325637775076360192_o.jpg

Il y a quelque chose de fantomatique dans ces poèmes chantés. Il y a toute la délicatesse d’un jazz de chambre aux parfums celtiques dans «Ocean» Puis, en duo guitare et voix, elle nous offre un dernier «Round Midnight» hors du temps.

Trois quarts d’heure merveilleux, d’une intensité froide et envoutante. Trois quarts d’heure dans un autre monde.

Jazzstation, Jacques Prouvost

 Apparue dans une très élégante robe de satin rouge, Natashia Kelly est entourée d'une magnifique contrebasse, tenue avec grâce par Brice Soniano et d'une Stratocaster fine et gracile toute aux mains de Jan Ghesquière. Tout est élégance et subtilité, c'est immédiat. Le groupe obtient d'ailleurs une qualité d'écoute excellente et un silence respectueux. La musique est exigeante, d'autant que les musiciens se promènent sur le fil sans appuis rythmiques traditionnels. Et puis Natashia chante, d'une voix surgie de nulle part, maniant des palettes sonores diverses et entrelacées, dans un registre totalement personnel et habité, qu'on aurait sans doute tort de réduire aux quatre lettres du mot jazz. C'est profond et déchirant, envoûtant et intense, dans une coloration qui marque une très forte personnalité musicale. On avait pu croiser le chant de Natashia sur le très bel album Earthsong du batteur Lionel Beuvens

 

Les progressions mélodiques sont étonnantes, démarrées par exemple d'un claquement de mains sur un titre sidéral. On a l'impression de passer de Dead Can Dance (que Natashia Kelly confirmera ne pas connaître du tout après le concert) à quelques jolies visions d'Irlande avant même de revenir à une reprise incroyable de Ballad of a thin man de... Bob Dylan. Extrêmement intéressant, d'une sûreté vocale inouïe, passionnant et intrigant, un trio à suivre de très près. Un EP disponible à ce jour, sans doute en s'adressant directement à Natashia Kelly sur sa page Facebook. Just ask.                                                                 Review de Yann Viseur, concert à L'Aéronef Lille, 18/03/'18 :

 

Radio Klara :

-  in 2017 : Natashia Kelly- Brice Soniano duo op 5 okt. in Late Night Shift en 8 okt. in Valckenaers&Vanhoudt :

  https://klara.be/playlists/late-night-shift/2017-10-05  en https://klara.be/playlists/valckenaers-vanhoudt/2017-10-08

- in 2016 :Natashia Kelly Group EP : Valckenaers&Vanhoudt  

 

Enkele ingekorte pers uittreksels:

Dat is een klein, maar vooral intrigerend pareltje van eigen bodem geworden, Philippe Cleen, Written In Music

 

 Het meest opvallende bij een eerste beluistering van opener “Duke” is immers de dosering waarmee deze compacte groepsimprovisatie gebracht wordt. Hebben nieuwere bands vaak de neiging om alles vol te spelen, dan is dit een opvallend evenwichtig samengaan van stemmen. Guy Peeters Enola

 

Kelly is geen klassieke zangeres die vanuit de blues of soul aangerend komt, maar meer verwant lijkt aan de Europese insteek van hedendaagse stemmen als Sidsel Endresen. Haar bereik is breed: ze speelt dynamisch met grotere en kleinere intervallen, laat de onbestaande taal rollen en even in de lucht hangen (recensie live concert NONA Guy Peeters Enola)

 

Samen creëren ze een luisterspel in vier hoofdstukken. Niemand is ondergeschikt aan de andere. Ze musiceren op één lijn. Kelly gebruikt haar stem hoofdzakelijk als een extra instrument. Enkel in de versie van Dylan’s “Ballad Of A Thin Man” schittert ze boven haar partners uit en klinkt ze als het nichtje van Laurie Anderson en Joanna Newsom.

Overtuigend debuut. gtb Georges Tonla Briquet,Rifraf   

                                                                                    

L'archet s'anime alors, le son prend sa place dans les aigus, bientôt rejoint par la voix aérienne pour un premier morceau qui dérive progressivement vers des sonorités africaines, avec une très belle ligne de basse entièrement façonnée dans les harmoniques qui font sonner la contrebasse comme une dora. Crest Jazz Vocal

 

Natashia et Brice jouent l'un pour l'autre, chacun ayant à cœur de tracer pour l'autre un parcours à partager et à faire partager. Parcours d'introspection parfois hermétique et d'une grande sérénité. Michel Perrier

 

Quelle voix ! Quelle puissance ! Quand elle lâche les chevaux, c'est magnifique, Michel Perrier

 

La couleur amenée par la voix exploitée comme un instrument mélodique me fait me dire qu’il est vraiment dommage que de telles formations soient si rares… en effet, ces formations me séduisent par leur capacité à intégrer la force de la voix humaine parmi les instrumentistes, sans faire de ces derniers des subalternes de la voix. Kenzo Nera, Jazz Around, concert Flagey “Motu” Lionel Beuvens 

Vanaf “Emotions” bewees Kelly meteen haar vermogen tot nuance en subtiele timing. Ze heeft een wendbare stem, waarmee ze desgewenst in de blues kan duiken, maar die vooral toch uitblinkt in een hoger register.

...een knappe compositie, “The Ocean”, waarmee nog maar eens duidelijk werd dat het kwartet echt beschikt over een eigen stijl in het niemandsland tussen jazz, pop, folk en experimentele toetsen. 

Natashia Kelly Group in De Noker , Guy Peters

 

NATASHIA KELLY GROUP – THE UNCANNY EP

Door Philippe De Cleen op 06 december 2016

 4.5 van 5 sterren

Dat de zangeres geworteld is in de traditie merk je meteen aan de fraaie hoes van Sebastien Hendrickx die onder meer naar Duke Ellington (Orchestra), Ella Fitzgerald, Billie Holiday en The Big Sleep (good ol’ Humphrey Bogart & Lauren Bacall) verwijst. Jazz-erfgoed waar de nog jonge Natashia Kelly maar al te graag op steunt, al presenteert ze op haar ep vooral eigen werk.

 

 

 

EP  The Uncanny, Guy Peters 19/02/2016

Kelly heeft de laatste jaren ook gespeeld met muzikanten die je niets meer hoeft wijs te maken, en waarbij er vooral een opvallende voorkeur is om te werken met bassisten, veelal in duo. Zo werkte ze hiervoor o.m. met Laurens Smet, Nathan Wouters, Yannick Peeters, Lennart Heyndels en (vooral) Brice Soniano, die ook nu erbij is. Zo’n combinatie van zang en bas is natuurlijk een dubbeltje op z’n kant. Enerzijds creëer je zo ruimte, garandeer je dat je alle kanten uit kan en dat niemand je voor de voeten loopt. Anderzijds heb je ook minder houvast, weinig om op terug te vallen. En dat vergt zelfkennis en durf. Op The Uncanny hoor je een kwartet, maar het roer wordt daardoor niet helemaal omgegooid.

waarin het allemaal wordt samengevat, de kracht nog sterker naar de voorgrond treedt en een laatste, lange, woordenloze uithaal de gedaante aanneemt van een verscheurde en verscheurende kreet, een emotionele uppercut om even van te bekomen. Het is duidelijk dat het potentieel van deze zangeres en band enorm is, zeker als de vier persoonlijkheden uitgespeeld kunnen worden. The Uncanny is alleszins een veelbelovend visitekaartje, dat doet uitkijken naar concerten en (hopelijk) meer muziek

 

 

 

Georges Tonia Briquet,  RifRafmusiczine-maart 2016

https://issuu.com/rifrafmusiczine/docs/online-ezine-vl-maart16/1

“Natashia Kelly Group”, ep RawRecords.

De debuut-ep van een internationaal kwartet rond de Iers-Belgische vocaliste Natashia Kelly. Haar begeleiders ging ze zoeken in de muziekscene waar improvisatie en soundscapes de ankerpunten vormen. We noemen de Chileense electro-goochelaar van dienst Juan Parra Cancino, de Britse gitarist Edmund Lauret (Nordmann) die hier helemaal in het spoor treedt van Ruben Machtelinckx (Linus) en Benjamin Sauzereau (Book Of Air, Blue Monday People) en basist Brice Soniano (3/4 Peace, Carate Urio Orchestra). Samen creëren ze een luisterspel in vier hoofdstukken. Niemand is ondergeschikt aan de andere. Ze musiceren op één lijn. Kelly gebruikt haar stem hoofdzakelijk als een extra instrument. Enkel in de versie van Dylan’s “Ballad Of A Thin Man” schittert ze boven haar partners uit en klinkt ze als het nichtje van Laurie Anderson en Joanna Newsom.

Overtuigend debuut. (gtb)

 

 

 

Natashia Kelly & Brice Soniano au concours de jazz vocal de Crest

Au début est le centre. Le centre de l'espace et du temps. La consistance de l'instant, la pulsation du lieu. Natashia Kelly (voix) et Brice Soniano (contrebasse) ont besoin les ressentir, de se les approprier avant de démarrer leur set.

L'archet s'anime alors, le son prend sa place dans les aigus, bientôt rejoint par la voix aérienne pour un premier morceau qui dérive progressivement vers des sonorités africaines, avec une très belle ligne de basse entièrement façonnée dans les harmoniques qui font sonner la contrebasse comme une kora.

Le duo interprètera principalement des compositions : textes de Natashia Kelly, mélodies de l'un ou de l'autre, harmonisations de Brice Soniano. I run to the Ocean, puis Apple Tree mettent en avant l'une des principales sources d'inspiration des duettistes, l'eau : un océan que l'on imagine immense et calme, parcouru à la voile, propice à la méditation. Song of Ive, composition d'un ami batteur, est l'occasion d'une pratique inhabituelle de la contrebasse, jouée en percussion à la baguette, sur une cadence impaire des plus agréables.

Natashia et Brice jouent l'un pour l'autre, chacun ayant à cœur de tracer pour l'autre un parcours à partager et à faire partager. Parcours d'introspection parfois hermétique et d'une grande sérénité.

Après un tribute to Ornette Coleman, le dernier morceau est une reprise de Bob Dylan, nettement plus dynamique que le reste du site, et qui stimule Natashia Kelly à sortir de sa réserve pour quelques couplets. Et alors là, mazette, attention les yeux. Quelle voix ! Quelle puissance ! Quand elle lâche les chevaux, c'est magnifique, et bien trop fugace à notre goût.

En rappel, un petit Misty de derrière les fagots met tout le monde d'accord. Michel Perrier & photos Marion Tisserand 

 

First prize New Port Jazz Rally 2012 :

Bass and Voice

 

An exclusive combination between a warm voice and double bass. They took the jury through a pleasant journey through the jazz.

Intense, fascinating, powerful !

( jury, New Port Jazz)


Natashia Kelly (vocals)

Yannick Peeters (double bass)

 

 

Blues-sphere 18/01/2013 : Bass and Voice

 

 

 

La salle était hyper attentive au concert de Bass & Voice. Pas un bruit pour écouter la belle voix de Natashia Kelly et la contrebasse agile de Nathan Wouters, tous deux venus d’Anvers pour nous présenter un spectacle magnifique.

Des airs de Tom Wait ou Bob Dylan, notamment, complètement reconvertis en jazz contemporain, subtil et recherché.

Le public était venu de divers coins du pays pour assister à ce moment d’émotion.

Natashia Kelly (chant)

Nathan Wouters (contrabasse)

http://www.blues-sphere.com/WordPress/2013/01/photos-bass-voice-18012013/

 

 

Recensie van Danny Debock in het jazzblad www.jassepoes.be

Natashia Kelly Trio, gezien in Jazz Ora, Leuven vrijdag 18 oktober 2013

Natashia Kelly, zang; Benjamin Sauzereau, elektrische gitaar; Laurens Smet, contrabas

"...Sarah Vaughan, die kon volgens Marc Van Den hoof live bij ‘Misty’ de indruk geven onwezenlijk laag te gaan zingen terwijl in feite de pianist overnam. In Leuven hoorden we Natashia Kelly en Benjamin Sauzereau iets gelijkaardigs doen in het hoge register. Een hoge noot bleef zij schijnbaar zo lang aanhouden dat het niet waar kon zijn… Pure schoonheid in een less is more-jasje.3

 

 

 

 

Jazz Au Pavillion 17/04/2013:

Natashia Kelly, Laurens Smet, Benjamin Sauzereau

 

Quel renouvellement ! Le blues existe toujours et est ici sans cesse réadapté.Cette langueur originelle aux harmonies rajeunies, modernisées, mais dont on retrouve sans efforts les racines sont un enchantement. L’âme du blues plus que sa forme mais le même envoutement.

Quelle écoute, tous nous sommes restés «scotchés» attentifs aux nuances, silencieux, à l’écoute des pépites distillées par les fabuleux accompagnateurs d’une Natashia aux vocalises inspirées. Une chanteuse haute en taille au registre correspondant, du plus grave au très haut, sans heurts, tout en fluidité.

Ce trio est en symbiose totale, du guitariste parfois fantasque, jouant à la baguette de batterie, aux contre-chants de la contrebasse, créant à deux une rythmique de soutient tout autant que d’enrichissement.

Comment le dire sans paraître répétitif « Quelle belle soirée » que ce concert intimiste tout en douceur et nuances.

 

Natashia Kelly (chant)

Laurens Smet (contrabasse)

Benjamin Sauzereau (gitaar)

 

Review: Jazz Au Pavillion, Uccle 17/04/2013

 

Link: http://jazz4you.be/jazz-au-pavillon-mercredi-17-avril-natashia-kelly-trio/